Personnalités du mois!

Décembre 2018

Martine Bordeleau (ULaval)

Martine a complété un baccalauréat en biologie à l’Université du Québec à Chicoutimi et une maîtrise en médecine expérimentale à l’Université Laval. Elle complète présentement ses études doctorales en neurosciences sous la direction du Dr Michel Prudhomme et la co-direction du Dre Sylvine Cottin au CHU de Québec – Université Laval. Son but est d’évaluer les effets de la stimulation spinale médullaire sur les perceptions sensorielles de patients atteints de douleur chronique. L’été dernier, elle a fondé le Standardized Sensory Testing Experts Group dans le but de faciliter la communication entre les experts internationaux sur l’évaluation sensorielle. Elle est supervisée dans ce projet par Dr Jan Vollert (Imperial College London), Dr Miroslav Backonja (University of Wisconsin) et Dre Catherine Ferland (Université McGill). Dr James Thomas co-supervisera avec Dre Ferland ces projets de postdoc qui se dérouleront à la Virginia Commonwealth University et qui auront pour but de développer un nouvel instrument de réalité virtuelle pour le traitement de la douleur neuropathique.

Malgré sa charge de travail, Martine s’est investie depuis 2016 dans le RQECD. Vice-présidente et représentante de l’Université Laval et de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) au sein du conseil d’administration, Martine a grandement contribué à redynamiser le réseau. Elle s’est notamment distinguée en s’occupant de l’organisation des PAINtalks qui ont brillé par leur réussite. Elle quitte le conseil d’administration, mais demeurera un membre actif du RQECD. Un bel exemple de leadership!

 

Novembre 2018

Tokiko Hamasaki (UdeM)

Tokiko est une clinicienne-ergothérapeute œuvrant au Centre de la main du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et une doctorante supervisée par la chercheure Manon Choinière, Ph.D. (Centre de recherche du CHUM (CRCHUM)). Son programme de recherche consiste à synthétiser les évidences sur l’efficacité des interventions pour l’ostéoarthrose trapézo-métacarpienne (ostéoarthrose à la base du pouce) afin d’offrir aux patients les meilleurs soins dans un délai raisonnable. Ses recherches effectuées au sein du Carrefour de l’innovation du CRCHUM en santé des populations visent à travers des revues systématiques et des études populationnelles à mettre en évidence les modalités thérapeutiques efficaces en vie réelle.  Tokiko fait ses recherches dans le but d’améliorer ses pratiques cliniques et par conséquent la qualité de vie de ses patients. Elle se voit demeurer clinicienne au Centre de la main du CHUM tout en continuant de faire de la recherche pour répondre aux questions cliniques de sa profession.

 

Octobre 2018

Jérôme Côté (UdeS)

Jérôme est stagiaire postdoctoral en neurophysiopharmacologie de la douleur chronique. Supervisé par le chercheur Philippe Sarret, il est responsable des études d’imagerie biomédicale dans le laboratoire de ce dernier. Il conçoit et effectue les études de biodistribution, d’activité cellulaire fonctionnelle, d’évaluation du développement tumoral et de la réponse aux traitements pharmacologiques par imagerie TEP et IRM. Il collabore aux projets de recherche de plusieurs étudiants gradués au sein de l’équipe de recherche, tant en comportements douloureux qu’en neuropharmacologie. Jérôme coordonne également les activités scientifiques du Centre d’excellence en neurosciences de l’UdeS (CNS), qui regroupe bon nombre de chercheurs du CRCHUS.

 

Août/Septembre 2018

Behrang Sharif (UMcGill)

Behrang est né et a grandi à Téhéran, en Iran, où il a obtenu un doctorat en pharmacie (PharmD) et a travaillé comme pharmacien avant de déménager au Canada en 2013. Au cours de ses études de pharmacie, Behrang a poursuivi des recherches en neuropsychopharmacologie, en particulier sur les sujets de la toxicomanie et de la dépression. Depuis 2014, sous la supervision du Dr Philippe Séguéla, il poursuit un doctorat en physiologie à McGill, en effectuant des recherches dans le domaine de la somatosensation, plus particulièrement sur la douleur, les démangeaisons et le toucher. Il a reçu de nombreuses bourses d’excellence en recherche et de voyage, y compris la bourse de doctorat de la Fondation Louise et Alan Edwards pour les études sur la douleur et la bourse de recherche en santé du Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ). Behrang a toujours été un membre actif des organisations étudiantes. Auparavant, il était impliqué dans la Fédération internationale des étudiants en pharmacie (IPSF) en tant que délégué officiel (représentant du pays) et à Montréal, il a été un membre actif de l’association des diplômés (GAP) du département de physiologie de McGill, de la Société des étudiants de troisième cycle de McGill (PGSS) et du réseau québécois des jeunes chercheurs sur la douleur (RQECD). Les recherches actuelles de Behrang utilisent des outils opto- et chimio-génétiques pour disséquer les propriétés codantes somatosensorielles aux niveaux cellulaire, systémique et comportemental. Des modèles animaux et des cellules neuronales dérivées de sujets humains sont utilisés comme systèmes modèles et il tire profit de techniques telles que la microscopie, l’électrophysiologie et l’IRM fonctionnelle.

 

Juillet 2018

Feng Wang (ULaval)

Feng est un stagiaire postdoctoral au Centre de Recherche CERVO à l’Université Laval sous la supervision du Prof. Yves De Koninck. Feng a complété son baccalauréat en biologie au Tsinghua University en Chine en 2005. Il s’est par la suite joint à l’Institut de Neuroscience de Shanghai pour poursuivre son doctorat. Au laboratoire du Prof. Xu Zhang, Feng et ses collègues ont découvert dans les neurones de ganglions de la racine que Na+, K+-ATPase et sa protéine de liaison peuvent moduler la sensation de douleur. Après ses études en neurobiologie, Feng a poursuivi ses recherches sur la douleur comme stagiaire postdoctoral. Dans le laboratoire d’Yves, il utilise la vidéo microscopie à deux photons pour faire une imagerie calcique in vivo des neurones de ganglions de la racine afin de montrer la transduction sensorielle des stimuli thermiques, mécaniques et nocifs. Après de nombreuses années de formation, il a appris diverses techniques et acquis beaucoup de connaissances lesquelles lui ont permis de continuer d’étudier la douleur.

 

Juin 2018

Christelle Khadra (UdeM)

Christelle est candidate au doctorat à la Faculté des Sciences Infirmières de l’Université de Montréal sous la supervision du Dre Sylvie Le May. Elle a complété son baccalauréat en sciences infirmières au Liban en 2010 avant de s’installer à Montréal pour poursuivre ses études supérieures. Son intérêt pour la recherche clinique sur la douleur a débuté pendant ses études de maîtrise à l’Université de Montréal, complétée en 2012, lorsqu’elle s’est concentrée sur les échelles de mesure et a développé l’Échelle de Souffrance des Adolescents ayant le Cancer. Depuis le début de son doctorat en 2014, sa recherche est axée sur la gestion de la douleur, en particulier sur les interventions non pharmacologiques. Elle étudie l’effet de la réalité virtuelle sur la gestion de la douleur chez les enfants ayant subi des brûlures. Christelle est membre actif de la communauté de la recherche sur la douleur. Elle a été pendant un an la représentante des communications du RQECD et pendant trois années consécutives vice-présidente de la conférence de recherche au Centre de recherche du CHU Ste-Justine. Elle est également étudiante au sein du groupe Pain in Child Health (PICH), une initiative de formation stratégique des IRSC. Enfin, Christelle est toujours à la recherche d’opportunités d’apprentissage dans le domaine de la douleur tel que démontré par sa participation au cours Pediatric Pain Master Class en 2015, l’École Nord-Américaine de la Douleur en 2016 ainsi qu’un stage de recherche de trois mois en neuroéthique de la douleur à l’Université de Georgetown.

 

Mai 2018

Sara Touj (UQTR)

Sara est étudiante au doctorat au laboratoire de neuroanatomie de l’université du Québec à Trois-Rivières sous le mentorat du professeur Gilles Bronchti et du professeur Mathieu Piché. Sara a obtenu son diplôme d’ingénieur en biologie en 2013 de l’Institut national des sciences et de la technologie en Tunisie. Après cela, elle a complété un master en Neurosicence à EPHE, Sorbonne en France. Elle s’est inscrite au programme de doctorat en sciences biomédicales à l’UQTR en 2015. Elle travaille sur un modèle animal de cécité congénitale. À l’aide de plusieurs techniques d’IRM, d’immunohistochimie et d’histologie, elle étudie les mécanismes sous-jacents de l’hypersensibilité à la douleur dans la cécité précoce. Sara est un membre très actif et passionné de la communauté de la recherche sur la douleur et veut poursuivre sa carrière de chercheuse dans le domaine de la douleur. Elle terminera bientôt son doctorat et cherche à intégrer un laboratoire de recherche clinique en douleur pour son postdoc.

 

Avril 2018

Élora Midavaine (UdeS)

Élora est candidate au doctorat à l’Institut de pharmacologie de l’Université de Sherbrooke sous la supervision du Pr Philippe Sarret. Elle a complété un baccalauréat en biochimie à Sherbrooke en 2012 pour ensuite se joindre au laboratoire du Pr Sarret, d’abord comme étudiante à la maitrise, puis au doctorat en 2015. Utilisant un modèle de douleur cancéreuse osseuse chez le rat induit par des métastases osseuses du cancer du sein, elle investigue l’efficacité analgésique et anti-cancéreuse de la modulation pharmacologique, génique et allostérique du récepteur chimiokinergique CCR2. Élora est une membre très active et passionnée au sein de la communauté scientifique en recherche sur la douleur, tel que peuvent en témoigner ses 2 années de présidence au sein du QNJPI/RQECD et sa récente participation à la North American Pain School (NAPS) en 2017. Forte de son expérience en laboratoire et au sein de nombreux comités, elle a développé un profond intérêt pour la recherche dans le domaine de la douleur et est activement à la recherche d’un stage postdoctoral qu’elle entreprendra à la suite de son doctorat.

 

Mars 2018

Maria Zamfir (UMcGill)

Maria est étudiante au doctorat à l’Université McGill et travaille à l’Institut neurologique de Montréal. Maria a complété son baccalauréat en neuroscience à l’Université McGill. En 2013, elle a été acceptée dans le programme de rotation du programme intégré en neurosciences (PIN) à McGill. Grâce à ce programme, elle a effectué trois stages dans divers domaines de recherche avant de commencer son projet de doctorat en recherche sur la douleur. Sous la supervision du Prof. Philippe Séguéla, elle étudie actuellement le rôle des récepteurs mu opioïdes dans le cortex cingulaire antérieur de la souris. À l’avenir, elle espère poursuivre sa passion pour l’art et les neurosciences et sera à la recherche d’un poste postdoctoral.

 

Février 2018   

Clémentine Brun (ULaval)

Clémentine est étudiante au doctorat en réadaptation à l’Université Laval et affiliée au Centre Interdisciplinaire de Recherche en Réadaptation et Intégration Sociale (CIRRIS) à Québec, sous la  direction des Professeures Catherine Mercier (U. Laval) et Candy McCabe (Bath, Royaume-Uni). Avant ses études doctorales, Clémentine a gradué en Psychologie en France (équivalent maîtrise).

Actuellement, dans le cadre de ses études doctorales elle étudie les altérations des représentations du corps et du mouvement en présence de douleur aiguë et chronique (fibromyalgie et syndrome douloureux régional complexe) grâce à système robotisé de type exosquelette couplé à de la réalité virtuelle 2D. En 2017, elle a effectué un stage de 6 semaines dans le laboratoire de Candy McCabe au Royal National Hospital of Rheumatic Diseases (RNHRD) à Bath, le RNHRD étant un centre d’expertise européen dans le traitement des douleurs chroniques. Après son doctorat, Clémentine va poursuivre ses études postdoctorales au Québec, dans le laboratoire du Dr Roy à Montréal, et continuer à travailler dans le domaine de la douleur.